[CAMBODGE] : Jouer les Robinson sur Koh Rong Sanloem, c’est pas facile tous les jours !

Après la douce étape de Kep et Kampot au Cambodge, nous voilà partis pour une petite île paradisiaque dans le sud du Cambodge : Koh Rong Sanloem. A côté de Korong, Koh Rong Sanloem est plus discrète, plus sauvage, moins fréquentée. Nous y sommes allés pour prendre 4 jours de vacances pour l’anniversaire du Coloc-de-ma-vie. Je vous vois déjà bondir derrière votre écran :

« Des vacances??? Mais ça fait des mois qu’elle n’en glande pas une ! »

20180501_115358

Je vous prépare pour tantôt un petit billet qui s’intitulera « Voyager, c’est pas des vacances ! », vous comprendrez. Bref on part donc dans l’idée de ne rien foutre, de se détendre, de boire des cocktails, de jouer au beach volley, de se couper du monde, sans wifi sans rien et rien de plus  ! Pour ceux qui craignent que la vie soit chère sur l’île et que ça vous coûte les 2 bras, sachez que l’aller retour sur l’île coûte 22$, que le logement est plus cher – environ 25 euros la nuit – mais qu’à côté de ça, il n’y a pas masse de choses à faire donc vous ne vous ruinerez pas en activités. Les repas et les cocktails sont à prix normaux pour le Cambodge. Donc même en y restant plusieurs nuits, nous n’avons pas dépassé notre budget journalier.

20180502_174741

Bref, avant toute chose, il a fallu prendre un bus de Kampot à Sihanoukville. On avait prévu d’y rester le reste de la journée et d’y dormir une nuit avant de se couper du monde car on avait des choses à planifier à l’aide des Internets. Grave erreur ! A l’approche de Sihanoukville, les Chinois dans le bus ont commencé à frétiller : du béton partout, des resorts gigantesquement vides – un bon moyen pour eux de blanchir leur argent en paix –, des casinos partout… C’est Disneyland pour eux ! Surtout qu’ils savent faire abstraction de la saleté dans la ville et des odeurs nauséabondes -la société de traitement des déchets a fait faillite, c’est balot !- Alors que nous, non. Il faut dire que la ville a été complètement envahie par les Chinois, tu sais ceux dont on a du mal à supporter la présence en voyage ! Les Chinois ont débarqué en masse à Sihanoukville un beau matin et ont commencé à tout racheter. Ils ont proposé des sommes indécentes aux petits Cambodgiens pour racheter leurs magasins. Des sommes qu’ils ne peuvent pas refuser, bien entendu. Ils ont ensuite tout rasé et ont construit de gros complexes à la place, obligeant les petits locaux à fuir l’endroit. Ne vous étonnez donc pas si vous cherchez un resto que vous avez vu sur Internet, beaucoup d’enseignes sont aujourd’hui fermées.

20180430_170201

En arrivant dans cette ville, je ne me sens pas bien, j’ai envie de pleurer. Toutes les guest houses annoncent des prix démesurés – 30$ la nuit. WTF ! On finit par trouver un taudis à 10$ la nuit. Et on comprend pourquoi : des cafards morts – encore ! – du moisi partout, un lit défoncé et un ventilateur en grève. Guénial ! Du coup, tant pis pour nos démarches, on ne veut ni rester dans cette piaule toute la journée, ni dans les rues tellement c’est glauque. On finit par trouver un bar de plage un peu éloigné de tout ça avec des bons fauteuils. Du coup, on s’y posera toute la journée et on essaiera de se détendre !

20180502_182017

Le lendemain, départ – au plus vite –  pour Koh Rong Sanloem (enfin) ! Quand on pose le pied sur la petite île, on sait que le chemin n’est pas fini pour nous. En effet, de l’autre côté de l’île, à Sunset Beach, il existe un petit coin de paradis : 4 guest houses seulement en bord de mer. On décide de la jouer sauvage à fond et d’y aller. Mais ça se mérite : il faut traverser l’île par la jungle avec notre énoooorme paquetage sur le dos pendant environ 40 minutes à 80% d’humidité. Et surprise : c’est pas du plat, faut monter la montagne pour la redescendre. C’est hyper casse-gueule, on est over trempés de transpiration, j’ai dit plein de fois « Putain », « fait chier » et « quelle idée à la con ! » et nous sommes de surcroît le déjeuner de tous les moustiques du coin, c’est éprouvant ! Mais on y arrive et on pose les pieds sur la plage : YES ! C’est parti pour 4 jours de kiff, les pieds en éventail !

20180502_181753

On se dirige vers la guest house qu’on avait repérée et qu’on nous avait conseillée : Huba Huba. Rien que pour le nom, ça valait le coup d’y aller ! Malheureusement, on y a trouvé un accueil bof avec le nouveau propriétaire qui nous annonçait des prix plus importants que sur Booking – mais bien sûr c’est moi qui ai mal lu ! Il commence mal, lui – et nous proposait en solution la moins chère : un matelas au sol dans la salle de restaurant à 18$ – là, je crois qu’il rêve totalement – ou une tente Quechua au cœur de la montagne à 15$ – on n’est pas hyper exigeants sur le logement mais bon quand même ! Je suis en train de m’imaginer devoir rebrousser chemin, re-traverser la jungle, reprendre un bateau et redormir à Sihanoukville, la ville horrible car il s’annonce comme étant le moins cher de la plage. Ca me fout le bourdon direct ! Heuseurement, mon mec nous sauve la life : il est allé dans l’établissement d’à côté, Sleeping Trees et nous a négocié un grand tipi les pieds dans l’eau à 25$ la nuit. Que je l’aime !

Enfin bref, la journée se passe : on profite de la mer à nos pieds, on sieste dans les hamacs, on joue à la pétanque, au billard, au volley – au final, on ne sait pas trop se reposer, hyperactifs que nous sommes… – on boit des coups, on sympathise avec les volontaires derrière le bar… Tout nickel ! On mange même sur place car le proprio étant Breton, il y a des galettes bretonnes au menu. Vous avez bien entendu ??? Des. Galettes. Bretonnes. Au. Menu. J’ai la chialerie au bord de l’oeil ! Le peton ! Tous les plats
étaient bons – on a eu le temps de tout tester – et dans des quantités super généreuses. La nuit tombe, nous allons nous coucher dans notre beau tipi.

IMG-20180504-WA0052

Dans la nuit, vers 1h30, je me fais réveiller par des gouttes d’eau qui me tombent sur le visage. Mon homme replace la moustiquaire qui touchait la toile du tipi, c’est bon ça ne coule plus. Je me rendors 1h… avant que ça ne recommence. Rebelote. Je me rendors. A 3h30, là je ne peux plus ignorer les gouttes, ça pleut de partout dans le lit, on ne peut pas y rester. Le lit est complètement inondé ! Punaise ! On ne peut pas sortir du tipi pour se réfugier ailleurs ou pour réveiller le proprio puisque l’orage s’intensifie dehors, il faut attendre que ça se calme. C’est l’affaire d’une demie heure, non ? C’est donc comme ça qu’à 4h du mat, nous nous sommes assis sur la malle du tipi, comme des pov’malheureux, faut imaginer la scène, attendant désespérément une accalmie qui ne venait pas. Vous avez déjà vécu un orage sur une île ? C’est atroce. On croirait mourir à chaque coup de tonnerre. La foudre semble s’éloigner mais elle revient au dessus de vous à chaque fois. Comme si l’orage tournait tournait tournait autour de vous ! On va tousssssss muuuurrrrrriiiirrrr !

20180430_054518

Le lit était complètement submergé par les eaux et le tipi aussi commençait à s’inonder. C’est donc ça avoir « un tipi les pieds dans l’eau » ?  Tu les vois nos gueules de cons dans le tipi, là ? Oui, parce qu’on a attendu 3 heures avant que ça se calme UN PEU. A 6h30, nous nous sommes réfugiés sous le préau du restaurant pour finir la nuit « au sec », dans le froid et l’humidité ambiante. Hmmm guénial ! Cimer le séjour sur une île paradisiaque !

20180430_170102

Mais nous ne pouvons pas nous plaindre parce que l’équipe du Sleeping Trees a été TOP : la nuit nous a été offerte – en même temps, bon, on n’a pas vraiment dormi, quoi ! –et nous avons été surclassés dans un beau bungalow tout confort pour la fin du séjour. Finalement, c’était pas si mal d’en chier quelques heures ! Il y avait juste un mystère dans ce bungalow : tous les jours, on retrouvait des crottes dans la salle de bain. Plutôt grosses pour un truc qu’on ne voyait pas : ça devait forcément être plus gros qu’un insecte sans que ce soit un dinosaure non plus. On était perplexes -pour ne pas dire que moi, je flippais ma race. On a fini par demander à notre hôte :

« Bah oui, c’est Marcel ! Vous êtes en coloc avec Marcel, c’est un gros gekko qui vit sous le miroir de votre salle de bain ! Vous verrez, il est plutôt discret ! On le laisse car grâce à lui, vous n’avez pas de moustiques dans la chambre ! »

20180430_101830

Guénial, v’là qu’on vit avec une bête maintenant ! Dis donc, je ne savais pas que les petits lézards étaient capables de faire de telles choses. C’est ce que me je me disais jusqu’au jour où j’ai aperçu Marcel partir en promenade par le toit, j’ai eu le temps d’apercevoir son arrière-train et sa queue. OMG. J’ai fait 3 AVC consécutifs. Au moins. Est ce qu’il y a une taille réglementaire pour appeler une bête un lézard ? Non parce que là, ça relève plus de l’animal préhistorique ! Vous êtes sûrs qu’il ne va pas nous bouffer pendant la nuit ? Finalement, à part déféquer au milieu de la salle de bain – on ne t’a pas appris à aller aux chiottes, bordel ? – Marcel a été un coloc en or, discret à souhait.

La fin du séjour a été parfaite : un temps radieux, très peu de touristes sur l’île, des sunsets incroyables, des baignades exquises, des bières à foison… Je conseille d’y aller à cette période – fin avril-début mai – car c’est la saison basse : il fait beau – sauf la nuit –, il n’y a personne, vous pourrez donc négocier aussi vos tarifs.

Nous avons même fêté l’anniversaire de mon homme là bas. Nous avons plus que bien mangé ce jour là et sommes allés boire des cocktails à l’hôtel Robinson en fin de journée : 2$ le cocktail, on aurait eu tort de s’en priver ! Le staff a même chanté Joyeux anniversaire avec moi pour m’éviter un moment de solitude – j’avais pas encore bu assez de margaritas pour faire ma castafiore – et nous a offert une tournée.

Franchement, un super séjour sur une belle petite île : cela nous a permis de recharger les batteries, prêts pour affronter le Vietnam ensuite.

À FAIRE À KOH RONG SANLOEM:

pictocheck Profiter tout simplement.

pictocheckAdmirer les couchers de soleil.

pictocheckFaire du snorkelling : mais honnêtement on ne voit pas grand chose.

pictocheckFaire l’excursion nocturne en Kayak pour voir le plancton luminescent !

OU DORMIR A KOH RONG SANLOEM?

pictocheck Au Sleeping Trees sans hésiter !

NOTRE MEILLEURE ADRESSE À KOH RONG SANLOEM :

pictocheckAller boire un coup au Robinson au coucher du soleil à 2$ le cocktail !

Si vous souhaitez des infos sur une étape ou une adresse, n’hésitez pas à en parler en commentaire 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s